accueil
du site
les patronymes
dans ma généalogie
les villages
du Bassigny autrefois
La Mothe, ville lorraine
baptêmes de 1641 à 1645
dernière délibération et signataires
Outremécourt
les Dauvoin
 les Devillard
  cartes postales
l'abbaye
de Morimond
les
saintiers
galerie liens
Damblain registres paroissiaux de 1632 à 1761
  les Gautrot  le recensement de 1836 à 1839
  les métiers les cartes postales   l'église
  mes ascendants dans le village
  le choléra de 1854
Levécourt baptêmes décès mariages
métiers charte actes particuliers habitants des granges
 mes ascendants 
  photos de l'église  photos dans le village 
  les cloches  un peintre 
 
 

 


Le drapeau de La Mothe conservé par la famille de Landrian
Outremécourt
héritage de La Mothe


  Thibaut II construit La Mothe en 1268; afin de peupler sa ville, il accorde droit de bourgeoisie aux habitants des villages voisins qui voudraient y venir.Les habitants d'Offrécourt et de Boisdeville répondent à cette offre et les deux villages disparaissent totalement; d'Offrécourt, il reste le moulin. La très grande partie des habitants d'Outremécourt s'installent dans la nouvelle cité . Quand la Ville est rasée en 1645, un grand nombre de Mothois s'installent à Outremécourt

 
La Famille de Landrian

 Anthoine Le Bon, duc de Lorraine, allié de François 1er, amène avec lui quelques gentilhommes italiens en 1516 après la bataille de Marignan.
  Parmi eux Johanne, Francisco de Landriani dont le nom se francise en Jean Francisque de Landrian.
  Nicolas de Landrian, lieutenant au gouvernement de La Mothe, participe aux sièges de 1634 à 1645 et défend la ville. Son fils, Nicolas né à Gendreville, prêtre, est nommé chanoine de La Mothe; il se retire à Outremécourt où, avec sa famille, il fait construire l'église.
  Le dernier des Landrian est mort au champ d'honneur pendant la guerre 1914-1918.
 

 signalé par Monsieur Jacques Millot, descendant des Landrian,
un ouvrage consultable à la BN
La Maison de Landrian en Lorraine
auteur: Jean Cayon(1863)
ref: 4°Lm3 526 B.N.F.
 

L'église, son histoire

 
Lors de la destruction de La Mothe, la collégiale a été démontée pierre par pierre et tout a été mis de côté.
  En 1698, Outremécourt, sous l'égide du chanoine de Landrian décide de se construire une église; il n'y avait jusque là qu'une chapelle.
  Ce sont les matériaux de la collégiale qui servirent à cette construction et l'église d'Outremécourt est la réplique à peine plus petite de la collégiale.

  Elle a la forme d'une rotonde de 20m.de long sur 18 de large. Elle renferme divers objets provenant de La Mothe. Les dalles de l'église sont les pierres sépulchrales de La Mothe; les retables ornant les autels de la Vierge et de Sainte Anne proviennent de La Mothe;la statue en bois de Notre-Dame du Cloître également.L'autel de Saint Hubert, remarquable, est dans une chapelle donnée en jouissance à perpetuité à la famille de Landrian pour les services rendus à l'église d'Outremécourt.
 Provenant aussi de La Mothe: des reliques et, devant l'église, la statue de Saint Nicolas. Cette église est une réplique assez fidèle du plan de l'ancienne collégiale et Monsieur de Landrian a fait graver ce distique:

  " Motha meos tulerat lapides, sed et illa sepulcro motha remota suo, nunc ibi tota jacet"
  La Mothe a porté mes pierres et, disparue en son tombeau, la voici maintenant, devant vous, tout entière.

1-entrée;2-fonds baptismaux; 3-pierre avec inscription;4-distique;
5-sacristie;6-saintes epines; 7-vitrail de Saint maurice;8-vitrail de sainte Ursule; 9-Retable de saint Hubert;10-Vierge du cloître;
11-Montée au clocher;12 -dallage fait avec les pierres sepulchrales du cimetière et de la collégiale de La Mothe;13-le choeur;
14-Pierres du portail provenant de la porte de France de la forteresse de La Mothe;15 -reliques de Sainte Ursule;16 -Chapelle de la famille de Landrian


Fondeurs de La Mothe et d'Outremécourt
(voir aussi les saintiers)


à La Mothe on trouve entre autres: Bailly, Brochard, De la Paix (Delapaix), Dubois,Symon

à Outremécourt, entre autres fondeurs: Thouvenel, Briot, Chapelle, Oudin, Perrin



quelques noms de La Mothe....

Albert, Bernard,
Bonhomme, Briot,
Dauvoin ou Daulvin,
Degoy ou Degoix,
Demongeot ou Demangeot,
Flageollet, de Landrian,

 

....qu'on retrouve à Outremécourt

 Garnier, Payen,
Picard, Regnauld,
Thabouret, Thouvenel,
Tisserand, Vigneron
et d'autres encore....
 



 

Relevé sur les Registres Paroissiaux


  le 4 novembre 1702, en raison du pouvoir spécial que j'ay de lever les ossements des familles de ma paroisse, j'ai levé du cimetiere ceux de Claude Dauvoin, Lucie Flageollet sa femme, Claude Dauvoin fils et Jeanne Collin, ceux de Dominique et Jeanne Flageollet pour les mettre dans le nouveau vis à vis de la nef de l'église en présence de Sébastien Dauvoin, Jean Degoy, Barbe Dauvoin, Claude Payen.





  le 23 décembre 1702, j'ay relevé les corps et ossements du cimetière pour les mettre dans celui de la nouvelle église de Edme Payen, Michelle Drouot, Barbe Chaffaux et les ai mis au devant du portail de l'église proche le mur qui soutient la terrasse en présence de Claude Payen et de Joseph Quentin, notaire.





  l'an 1704, le 16 juin , j'ai levé les os de la famille de Jacques de Villard que j'ai mis dans le nouveau cimetière du côté du couchant entre Anthoine Briot et Phoelix Albert.


 



la descendance de Claude Dauvoin et Lucie Flageollet


  Après la destruction de la Mothe, ils se réfugient à Bulgnéville, puis à Outremécourt où ils auront une nombreuse descendance;113 porteurs du nom jusqu'au début du 20e siècle.
A la Mothe, les Daulvin sont nombreux; parmi les plus anciens, Nicolas, époux d'Anne Cardosse, au début 16e siècle, était marchand bourrelier.
Claude, dont on trouve la signature au bas de la déliberation du 10 janvier 1644, est boulanger et devient cultivateur à Outremécourt .
Une autre branche, presque sûrement venue de la Mothe après le siège de 1645, et apparentée à la branche d'Outremécourt, s'est fixée à Sartes(88), Nijon et région de Bourmont(52). Cette branche s'est eteinte au cours du 19e siècle.
Le nom de Dauvoin a eté ecrit de diverses façons, notamment Daulvin mais s'est ensuite fixé en Dauvoin

Dauvoin


la descendance de Jacques Devillard et d'Anne Raclot

  je n'ai pas trouvé trace des Devillard à la Mothe; cette famille semble être originaire d'Outremécourt.
158 descendants porteurs du nom figurent dans le tableau de descendance et la liste n'est pas exhaustive
les Devillard sont pour la plupart d'entre eux des cultivateurs
Le nom Devillard s'est ecrit de Villard, parfois de Villaire pour les filles de Jacques, puis s'est fixé en Devillard

Devillard