accueil
du site
les patronymes
dans ma généalogie
les villages
du Bassigny autrefois
La Mothe, ville lorraine
baptêmes de 1641 à 1645
dernière délibération et signataires
Outremécourt
les Dauvoin
 les Devillard
  cartes postales
l'abbaye
de Morimond
les
saintiers
galerie liens
Damblain registres paroissiaux de 1632 à 1761
  les Gautrot  le recensement de 1836 à 1839
  les métiers les cartes postales   l'église
  mes ascendants dans le village
  le choléra de 1854
Levécourt baptêmes décès mariages
métiers charte actes particuliers habitants des granges
 mes ascendants 
  photos de l'église  photos dans le village 
  les cloches  un peintre 
 
 

  
Morimond
Une abbaye cistercienne
dans le Bassigny
 
La maison des gardes; la photo date de 1906
Les tables de mariages de Morimond contiennent 230 mariages de 1723 à 1792;
celles de Vaudinvilliers, 26 mariages de 1793 à 1806.
Ces registres font partie de la commune de Fresnoy en Bassigny




Une première donation de terres permet aux moines de s'installer dans cette région; ces religieux font partie de l'ordre de saint Bernard, l'ordre cistercien. Les tractations commencent en 1114 et le 25 juin 1115 la vie religieuse commence: Morimond est fondée et son nom , Mori Mundo, signifie "mourir au monde".
Cette propriété est traversée par le Flambart et les moines entreprennent alors de construire une retenue d'eau pour créer un étang qui existe encore de nos jours.
Morimond est à l'origine de la naissance d'un grand nombre d'abbayes en Europe: Allemagne, Autriche,Pologne,France, (Silvacane en particulier), Italie, Espagne.
Morimond subit toutes les conséquences des guerres qui ont lieu dans cette région y compris le siège de La Mothe et se redresse à chaque fois, remontant ses ruines, reconstituant son mobilier.
Puis en 1790, suppression des ordres religieux et Morimond disparait; de tout le voisinage, on vient chercher là ce qui peut être utilisé comme matériaux de construction. Actuellement il ne reste de Morimond que la chapelle Saint Ursule, l'entrée de l'abbaye et quelques ruines.
C'est une jolie vallée ombragée, romanesque, avec un lac entouré d'arbres centenaires.


 
Ces Messieurs de Morimond   Les Granges de Morimond
une abbaye, ce mot évoque un lieu de silence et de prière; on imagine des moines intellectuels créant des enluminures, traduisant des textes anciens, lisant le latin et le grec. On pense aussi aux moines bâtisseurs, aux moines artistes et aux moines paysans. Mais on pense moins souvent aux moines gestionnaires: l'abbaye devant se suffire à elle-même et vivre de ses productions,il lui faut une ferme. L'abbaye de Morimond a une vingtaine de granges, exploitations agricoles où travaillent et vivent nombre de paysans; une seule grange aurait suffi à la survie du monastère.. Les Messieurs de Morimond ainsi qu'ils sont appelés dans les registres paroissiaux de Damblain étaient de riches seigneurs, qui avaient des droits et percevaient des impôts sur les terres et les villages alentour; on ne peut donc s'étonner qu'à la Révolution le peuple ne se soit pas ému de la disparition de l'abbaye et soit venu prendre là ce qui pouvait lui servir   Vaudinvilliers avec une tuilerie et des fours à chaux
Morvaux, près de Romain sur Meuse
Dosme et Villers-Fontaines près de Chalvraines
les Gouttes hautes et basses près de Breuvannes
Fraucourt(Frocourt) entre Breuvannes et Damblain
Granrupt de l'autre côté de la Meuse
l'alleu de Levécourt
Angoulaincourt (Anglecourt) près de Lavilleneuve
Andoivre près de Serqueux
Rapeschamp non loin de Lamarche
Genichaux( Ghenichaux) entre Colombey et Morimond
Grignoncourt près de Morimond
A ces granges il faut ajouter les exploitations forestières Toutes ces exploitations, agricoles et forestières, terres et bâtiments, provenaient de dons faits au monastère de Morimond

 
Quelques habitants des Granges de Morimond relevés par l'abbé Salmon et tirés des actes religieux de la paroisse Sainte Ursule de Morimond

en 1669
symon Petit de la basse cour de Morimond; françois Bograve demeurant aux bois de Morimond, de même que françois Galoiseau, Palletier, Pierre
en 1670
françois Semard, de la basse-cour de Morimond; bernard Petit de Frocourt; pierre Pillot des bois de Morimond
en 1671
jean Moireau, laboureur à Morimond de même Distoir et Collin; claude Jacquet des bois de Morimond; edme de Marc.
en 1775
marie Petitfour, enterrée au cimetière des Gouttes basses; Bricard; Félix; Maigrot, marié à la chapelle de Fraucourt; françois Leclerc, domestique de l'abbaye; claude Miélot des Gouttes; jacques Bouché des Gouttes basses; françois Bablon de ghenichaux;
en 1779
J-B Toulouse; joachin Vendangeot; michel Lempereur; nicolas Martin; claude Oudot, de Vaudinvilliers; Testevuide; J-B Pierre, de Grignoncourt; françois Toulouse; nicolas Félix, de Fraucourt
en 1780
Boulanger; Besançon, garde forestier de Morimond; Barthélémy, pâtre de Genichaux; Renard; Marmuse; Fouquet


 
Relevés sur les registres paroissiaux de Damblain, des habitants travaillant pour Morimond
A Frocourt
François Prévost; jean Guenard, censier de frocourt, marié avec catherine Sabathier; Pierre Dubois, marié avec ursule Chané; claude Guenard, marié a claudette Dubois; anthoine Guenard, laboureur;louis Buré, marié avec pierrette Sabathier; Joseph Laurent;
A Vaudinvilliers
Jacques Pillot, marié avec marie Guenard; edme Ozanne; élisabeth Jameau; pierre Amien, marié avec jeanne Pillot, manouvrier à Vaudinvilliers; nicolas Guillaumé, marié avec jeanne Laurent, tuillier de Morimond;
A Levécourt
Barthélémy Desbranches, marié à Damblain avec agnès Trouvin, admodiateur des terres de Levécourt